fbpx
Contact    |    024 441 31 27
ASTN » Le blog » Conseils » Les allergènes et l’hypersensibilité Chimique Multiple (MCS)

Les allergènes et l’hypersensibilité Chimique Multiple (MCS)

Les allergènes et l'hypersensibilité chimique multiple MCS

 

LA DIFFERENCE DU VRAI ET DU FAUX / du naturel au chimique

Vous avez constaté qu’on vous parle de plus en plus d’allergène dans un produit…

Il faut comprendre qu’on peut être allergique autant à un composé chimique qu’à un composé naturel. Mais il faut faire la différence des conséquences sur votre santé.

Comment l’allergène fonctionne dans votre organisme ?

Le système immunitaire est le système de défense de l’organisme contre les éléments qu’il considère comme étrangers ou anormaux. Il fait intervenir des substances appelées « anticorps » : les immunoglobulines E, qui ont pour rôle d’identifier les agents agresseurs et de les neutraliser. Lorsque l’agent provoque une réaction allergique, il porte le nom d’«allergène ». L’agent étranger va pénétrer dans l’organisme soit par les voies respiratoires (nez, gorge), soit par voie digestive (bouche), soit par contact direct sur la peau. Cette « intrusion » provoquera une mobilisation des macrophages, qui informeront les lymphocytes B de la présence de cet agent étranger. Les lymphocytes B se transformeront alors en plasmocytes qui seront chargés de produire des anticorps (IgE) dirigés spécifiquement contre cet agent étranger. Les anticorps sont capables d’identifier le produit : soit ce dernier est considéré comme inoffensif, soit il est considéré comme dangereux pour l’organisme. Lors de ce premier contact, les anticorps de l’organisme étiquetteront seulement l’agent comme étant dangereux ou non mais ne réagiront pas. Lors du deuxième contact et à chaque nouveau contact avec cet agent, l’organisme sera plus sensible et provoquera des séries de réactions de plus en plus violentes contre celui qu’il considère comme agresseur : c’est la réaction allergique.

Ce qui me semble important c’est de connaître l’effet et les conséquences d’une substance allergisante. Très souvent le corps réagit plus violemment à un allergène chimique que naturel en première phase.

Cependant des symptômes invalidants peuvent subvenir dans les 2 cas.

Par contre certains allergènes chimiques, vont s’accumuler en petites doses pendants un laps de temps plus ou moins long, des mois, voir des années et il va être plus difficile à détecter et en connaître réellement les conséquences. D’autant plus que l’on maitrise très difficilement le mélange de plusieurs substances chimiques ensemble.

L’hypersensibilité chimique multiple ou MCS, c’est quoi ?

Déodorants, parfums, produits ménagers, lessive, alimentation…, autant de produits qui peuvent empoisonner le quotidien des personnes atteintes de MCS !

Une intolérance (ressemblant à une allergie) aux produits chimiques très peu connue et souvent confondue avec une allergie classique. « L’intolérance peut se traduire sur trois plans, commente Célestine Delorghon, auteure du livre : Produits chimiques : l’overdose. Par contact avec la peau, par inhalation ou par ingestion, comme avec l’alimentation. C’est aussi ce qui en fait une maladie difficile à détecter, de par la multitude de ses symptômes. » La maladie peut toucher toutes les populations ; quelque soit l’âge, la classe socio-économique ou le sexe. Les femmes sont affectées dans des proportions plus importantes que les hommes, notamment en raison des hormones que leur corps produit. Aujourd’hui, aucune prise en charge spécifique n’est proposée aux patients qui souffrent d’Hypersensibilité Chimique Multique, même si la maladie commence à se faire connaître.

L’augmentation des substances chimiques auxquelles nous sommes exposés entrainent des pathologies tels que l’asthme, l’allergie voire même le cancer. Mais cette pollution a également engendré l’apparition d’une nouvelle maladie que la médecine ne sait pas encore déceler et encore moins traiter : l’hypersensibilité chimique multiple, aussi connue sous le nom de MCS. Cette maladie chronique et invalidante se caractérise par une sensibilité aux produits chimiques.

Etre MCS qu’est-ce que ça veut dire ?

Le phénomène d’hypersensibilité chimique multiple fut décrit dès les années cinquante par l’allergologue américain Theron G. Randolph, l’un des pères de la médecine environnementale. C’est une maladie caractérisée par une sensibilité exacerbée aux produits chimiques. Elle apparait suite à une exposition à des produits courants tels que les pesticides, les produits d’entretien, les matériaux de construction, les moquettes, les peintures, les désodorisants, l’essence, les cosmétiques, ainsi qu’un ensemble très diversifié de composants chimiques présents dans notre environnement.

En 1987, le Dr Mark Cullen attribua au phénomène le nom de MCS (Multiple Chimical Sensitivity) et le définit comme “une affection acquise caractérisée par la répétition de symptômes touchant de multiples organes qui surviennent lors de l’exposition à diverses substances chimiques à des concentrations étant bien inférieures à celles connues pour entraîner des effets dans la population”. Le Professeur Martin Pall, biochimiste américain à l’université de Washington State, a étudié la pathologie MCS depuis de nombreuses années aux Etats-Unis.

Il distingue sept catégories d’agents chimiques pouvant provoquer le MCS chez les personnes génétiquement prédisposées :

  • Les solvants organiques volatils,
  • Le monoxyde de carbone,
  • Le mercure,
  • L’hydrogène sulfuré,
  • 3 classes de pesticides : carbamates / organophosphorés, pyrèthrynoides et organochlorés.

Cette maladie touche de façon plus ou moins sévère 12% à 25 % de la population des pays industrialisés, dont 3,5 de façon très sévère. Malgré ces chiffres, la maladie est quasiment totalement inconnue en France. Ce type de syndrome ne rentre pas dans une classe de maladie déterminée et n’est, pour l’instant, accessible à aucune « preuve biologique objective ». On a donc tendance à le considérer comme « psychologique ». Cependant, en 2000, l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) a reconnu le MCS dans la classification internationale des maladies.

Quels sont les symptômes ?

Les symptômes du MSC ressemblent à ceux de l’allergie car ils apparaissent et disparaissent en fonction des expositions. Tout commence par une phase de sensibilisation lors d’une exposition à un ou plusieurs produits chimiques. Les symptômes vont ensuite souvent en s’aggravant et l’organisme réagit à des concentrations de plus en plus faibles de substances chimiques de plus en plus nombreuses. Ce sont des troubles très lourds à supporter au quotidien : maux de tête, fatigue, vertiges, difficultés respiratoires, douleurs musculaires et articulaires, perte de la coordination, nausées, vomissements, diarrhées, confusion mentale, pertes de mémoire, migraines, douleurs abdominales, irritation (yeux, nez, oreilles, gorge, poumons et peau), problèmes d’élocution, modification de la pression sanguine, perturbation du sommeil, palpitations cardiaques, problèmes de concentration.

En 1999, un consensus européen a fixé 6 critères cliniques majeurs pour définir le syndrome MCS :

1) Les symptômes sont chroniques
2) Les symptômes sont non spécifiques et touchent plusieurs organes
3) Les symptômes apparaissent en présence des produits chimiques et disparaissent en leur absence
4) Les symptômes sont reproductibles avec l’exposition
5) Les symptômes sont déclenchés par des expositions de faibles niveaux, 6) Les réponses apparaissent pour de nombreuses substances chimiques n’ayant pas de liens entre elles.

Outre la présence de ces symptômes, le syndrome MCS se caractérise aussi par des tests biologiques négatifs. Si les tests sont positifs, cela signifie qu’il s’agit d’une autre maladie. Dans le cas contraire, il s’agit bien du syndrome MCS. Ces symptômes provoquent une altération considérable de la qualité de vie des patients les plus atteints. Ils peuvent perdre leur travail et leur vie sociale à cause de l’incapacité à approcher des personnes portant des traces de shampoing, gel douche, produits cosmétiques ou lessive. Pour les cas les plus extrêmes, l’isolement devient quasi-total : impossibilité de se rendre dans les infrastructures publiques (grandes surfaces, magasins, banques, etc.) en raison des trop fortes agressions chimiques. Les mécanismes biologiques Les mécanismes biologiques du MCS sont encore mal connus car ce syndrome est très complexe.

Les hypothèses

Plusieurs hypothèses ont été émises comme l’hypothèse immunologique mais elle a été abandonnée faute d’arguments biologiques comme l’augmentation de l’immunoglobuline E (IgE), une classe d’anticorps. Il y a eu également l’hypothèse immunotoxique avec déclenchement d’une affection auto-immune ou d’une déficience du système immunitaire mais elle n’a pas, non plus, fait ses preuves. Actuellement, c’est l’origine neurotoxique qui prévaut. Les produits chimiques déclencheraient une hyperexcitation de l’hypothalamus et du système olfacto-limbique (voie entre le nez et le cerveau émotionnel), comme ont pu le montrer des travaux réalisés chez des animaux chez qui la respiration de certaines odeurs a entrainé des convulsions. Les expositions communes ultérieures peuvent alors ainsi affecter les zones du cerveau responsables de l’humeur, de la concentration et de la mémoire.

Références bibliographiques : SOS MCS, Résumé de la situation concernant le MCS en 2010 (hypersensibilité chimique multiple). Martin L.Pall, Syndrome d’hypersensibilité chimique multiple (MCS) : Mécanismes toxicologiques et d’hypersensibilité, 2009. De Lucaa C., Scordob MG., Cesareoa E., Pastorea S., Mariania S., Maiania G., Stancatoa A., Loretic B., Valacchid G., Lubranoc EC., Raskovicf D., De Padovac L., Genovesic G., Korkina LG., Biological definition of multiple chemical sensitivity from redox state and cytokine profiling and not from polymorphisms of xenobiotic-metabolizing enzymes, Toxicology and Applied Pharmacology, November 2010. Afsset, « Rapport Radiofréquences », Octobre 2009.

En conclusion : toujours faire un test d’allergie avec les produits naturels dans le creux du bras et attendre 48 h.

Quand on a des causes héréditaires se méfier des allergies croisées et utiliser des produits les plus neutres possibles.

Il est tout a fait possible d’utiliser des produits sans principes actifs ou en tout cas au minimum allergisant. Au Centre nous sommes attentifs aux allergènes et nous respectons les normes Européennes à ce sujet… 

Prochain chapitre indications sur nos produits cosmétiques naturels personnalisés.

 

Partagez cet article sur :

Quelques mots sur l'auteur :

Pascale Thommen

Directrice de l'Académie Suisse des Thérapies Naturelles et passionnée par les médecines complémentaires, Pascale Thommen donne des cours depuis 30 ans dans le domaine de la naturopathie, huiles essentielles, massages et cosmétiques Naturelles. Elle donne également des consultations et des soins pour le bien-être au cabinet Naturellement Vôtre à Orbe.


Laisser un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *